Le plan vélo

4 axes

Des années 1970 aux années 2000, la part du vélo est passée de 10% à 2% des modes de déplacement domicile-travail situant la France au 25ème rang de l’UE.
Le Plan Vélo national annoncé par le gouvernement le 14 septembre 2018 fait suite aux promesses des assises de la mobilité du 13 décembre 2017. Il se fonde sur 4 axes que sont:
– la création d’un fonds national « mobilités actives » de 350 millions d’euros sur 7 ans,
– le développement d’une culture vélo,
– la généralisation du marquage des vélos neufs pour lutter contre le vol,
– la mise en place d’un forfait mobilité durable généralisé aux salariés et fonctionnaires (Indemnité Kilométrique Vélo – IKV).

 

5 avantages

Le plan liste les 5 avantages principaux du vélo pour les cyclistes et la collectivité que sont la santé (activité physique), l’environnement (émissions de CO2 et polluants atmosphériques), l’attractivité des villes (congestion et dynamisme commercial), l’accès à la mobilité à moindre coût et enfin la création d’emplois.

Toutefois, la mise en place d’un système vélo efficace nécessite encore la prise en compte de plusieurs autres mesures et un renforcement significatif des financements. A titre de comparaison, le financement du plan vélo représente 7 centimes d’euros par citoyen et par an contre 2,8 euros réclamé par la FUB (Fédération française des Usagers de la Bicyclette).FUB – Baromètre des villes cyclables « Parlons Vélo » 2017 – Un certain nombre d’actions sont engagées par ce plan. Il reste toutefois du chemin pour atteindre un système vélo efficace

Mais ce plan marque le premier jalon de la place du vélo dans le déploiement des politiques publiques au niveau national. Il symbolise aussi l’aboutissement d’un travail de reconsidération de la « petite reine » dans l’espace public et politique. Le sérieux de la solution vélo n’est plus à démontrer et l’avenir nous confirmera la pertinence de ce choix.

Un développement local plus ambitieux 

Au plan local, les collectivités s’engagent dans le développement dynamique de l’usage du vélo avec des plans vélos d’importance comme à Paris, Metz, Grenoble ou encore Strasbourg. Il faudra envisager, dans un futur proche, des grandes villes entièrement sans voitures. Oslo se lancera dès 2019 vers cet objectif ambitieux et deviendra un laboratoire et un exemple des mobilités alternatives et durables.

Même les territoires ruraux se mobilisent, comme le parc naturel régional des Grands Causses qui est lauréat du prix French Mobility de janvier 2018 et qui propose désormais le prêt de vélos à assistance électrique pour les particuliers, entreprises et collectivités.

L’ADEME a lancé en septembre un appel à projet « vélo et territoires 2018 » qui concerne les territoires peu denses et ruraux avec un budget global de 2 millions d’euros. Cet appel à projet vise à financer des études de planification stratégique, de la maîtrise d’ouvrage pré-opérationnelle d’aménagements ou encore le recrutement de chargés de mission vélo et mobilité actives. Les collectivités ont jusque décembre 2018 (1ère phase) ou févier 2019 (2ème phase) pour candidater.

Dans le cadre de cet appel à projet, ROZO propose un accompagnement aux porteurs de projets dans la construction et le dépôt des dossiers de candidature auprès de l’ADEME. Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter par mail mobilite@rozo.fr.

Les autres actualités

Les actualités